Paroles

Evit Ur Plac'hig

 

Ar C’hastiz / Le châtiment (Polka)

Me n’on ket eus ar re

A chom aze hep fiñval

Pa vez lâret din-me

Petra soñjal, nann,

Met n’on ket eus ar re

A vez pleg o c’hein bepred

Dirak den pe zoue

Na mestr ebet, nann !

 

Diskan: Aet eo da get tour Babel

Beuzet er mor eo Kêr-Is

Diwallit mat, ’vo ket pell

Ar c’hastiz !

Selaouit mat, emezo,

Sentit d’an urzh, hep disfiz

Hogen n’em eus evito

Nemet ma dispriz

 

Lod a fellfe dezho

Dont en-dro d’ar gizioù kozh

Suj ar merc’hed ganto

Speredoù kloz, ya

Ret o c’has da sutal

Troc’hañ ar gaoz d’ar gounnar

Ha peurskarzhañ ar fall

Eus an douar, ya !

 

Diskan

 

Un deiz ’vo ket e’mm ken

A vrezelioù, a stourmoù

Pa vo torr da viken

ar c’habestroù, ya

Da c’hortoz e chomin

Leun a spi hag en ma sav

An dazont flamm-flimin

A vezo brav, ya !

 

Diskan

Je ne suis pas de ceux

Qui reste là sans bouger

Quand on me dit

Quoi penser, non

Je ne suis pas de ceux

Qui courbent toujours l’échine

Devant homme ou dieu

Ni aucun maître, non !

 

Refrain: La tour de Babel a disparu

Ys est noyée dans la mer

Gare à vous, il n’est pas loin,

Le châtiment !

Ecoutez bien, disent-ils

Obéissez, sans méfiance

Mais je n’ai pour eux

Que mon mépris

 

Certains voudraient

Revenir aux anciennes coutumes

Soumettre les femmes

Des esprits fermés, oui

Il faut les envoyer balader

Couper la parole à la colère

Et éradiquer le mal

De la terre, oui !

 

Refrain

 

Un jour il n’y aura plus besoin

De guerres, de combats

Quand seront cassées pour toujours

Les chaînes, oui

En attendant je resterai

Plein d’espoir et debout

L’avenir flamboyant

Sera beau, oui !

 

Refrain

 

Kernitron al landeda / Notre-dame-des-landedas (Rond de Landeda)

Bet on war bont an Naoned, ge maluron lure (x2)

An deiz all o kanañ, maluron lurette

An deiz all o kanañ, maluron lure

 

Me welas ur plac’h yaouank, ge maluron lure (x2)

Leiz ar stêr o welañ, maluron lurette

Leiz ar stêr o welañ, maluron lure

 

Ha me goulenn diganti…

Na perak e ouele…

 

Un aerborzh bras emezi…

Ganto a vo savet…

 

Petra rofec’h-c’hwi din-me…

Ma yafen-me d’ar ZAD…

 

Ma muzelloù emezi…

Roin deoc’h a galon vat…

J’etais sur le pont de Nantes

L’autre jour à chanter

 

Je vis une jeune femme

Pleurant plein la rivière

 

Et moi de lui demander

Pourquoi donc elle pleurait

 

Un grand aeroport, dit-elle

Vont-ils construire

 

Que me donneriez-vous

Si j’allais à la ZAD ?

 

Mes lèvres, dit-elle

Je vous les donnerais de bon coeur

Ar Fulor / La Fureur (Rond de St Vincent)

N’omp ket amañ evit kilañ pa vez tennet deomp hor frankiz,

N’omp ket amañ evit plegañ, pa vez sujet ar yaouankiz ;

Kasit deomp ho soudarded, plantet omp sonn war an douar,

Kasit deomp ho lakezed, n’eus ken ennomp nemet kounnar

 

Pa vez skoet gant ar paour, pa vez kaset d’an toulloù-barc’h ;

Pa vez ar galloud ‘vel an aour, pa vez dieub an ‘ni a lazh ;

Pa vez kaset dre charter an den re zu, an den na blij ;

Pa vez barnet ‘vel ur muntrer, ‘ni a gar re ar butun-nij,

 

C’hwi hor c’havo war ho hent, ar re yaouank ‘vel ar re gozh,

C’hwi ‘velo e vo divent tantad gor ar fulor en noz ;

Kasit deomp ho soudarded, plantet omp sonn war an douar,

Kasit deomp ho lakezed, n’eus ken ennomp nemet kounnar !

 

Ur gasketennig war o fenn, un tokarnig d’o gwareziñ

Tapet ganto o fistolenn, prest al loened da vrezeliñ,

O roched feret gant o mamm, kribet o blev ‘vel ur paotr mat

C’hwi aze o taouarn er vann, petra ‘maoc’h aze o vutunat ?

Nous ne sommes pas là pour reculer quand on nous enlève la liberté

Nous ne somme pas là pour plier quand la jeunesse est opprimée

Envoyez-nous vos soldats, nous sommes plantés droits dans la terre

Envoyez-nous vos laquais, il n’y a en nous que la colère

 

Quand on tape sur le pauvre, quand on l’envoie au cachot

Quand le pouvoir est comme l’or, quand est libre celui qui tue

Quand on renvoie en charter l’homme trop noir, l’homme qui a déplu

Quand on juge comme un meurtrier celui qui aime trop le bédo

 

Vous nous trouverez sur votre route, la vieillesse comme l’enfance

Vous verrez que dans la nuit, le brasier de la colère sera immense

Envoyez-nous vos soldats, nous sommes plantés droits dans la terre

Envoyez-nous vos laquais, il n’y a en nous que la colère

 

Une petite casquette sur la tête, un petit casque pour les protéger

Voilà, ils ont pris leur pistolet, les animaux vont guerroyer

Leur chemise repassée par leur mère, leur cheveux bien peignés

Hep ! Vous là-bas, les main en l’air ; qu’est ce donc là que vous fumez ?

 

Top